Jump to content

Serge Gainsbourg : vie héroïque - Joann Sfar (2010)


bloknotise
 Share

Recommended Posts

ça commence bien pour le film de Sfar

un coup de promo carrément salaud avec l'annonce du suicide de Lucy Gordon la comédienne anglaise qui jouait le rôle de Jane Barkin.

Connue chez nous pour avoir jouer dans "les poupées russes" de Klapisch elle avait fait une apparition dans Spiderman 3

 

Link to comment
Share on other sites

2010, c'est loin...

Il y a un article sur le film dans le dernier studio cine live et Eric Elmosnino a l'air habité par son rôle...

Et apparemment, Sfar prévoit un film mi-biographique, mi-onirique... Un blueberry sur Gainsbourg, je suis preneur !

Link to comment
Share on other sites

Je pense qu'une bio plan plan sur ce mec n'aurait absolument AUCUN intérêt.

 

Je rêve d'un film à la Amadeus où on parle un peu plus de musique et un peu moins de ses frasques (oui je sais c'est paradoxal vu que le Forman a la main lourde sur les anecdotes grivoises mais Amadeus est pour moi un des films qui parlent le mieux de la musique et de la création) mais je redoute un peu le trip Gainsbarre ses conneries la déchéance tout ça.

 

Cela dit avec Sfar qui n'est ni un con ni un mec formaté on peut espérer une vraie belle surprise.

Link to comment
Share on other sites

"Ludwig Von B" de Bernard Rose alors !!!!!!!!!!!!!!

 

Jamais vu je l'avoue bien crasseusement

 

Faut dire que la promo/les affiches/la BA laissaient entrevoir une bio bien pépère (Bernard Rose aurait du me mettre sur la voie cela dit). Y'a un Blu-ray donc c'est bien

Link to comment
Share on other sites

Amadeus est pour moi un des films qui parlent le mieux de la musique et de la création

 

 

"Ludwig Von B" de Bernard Rose alors !!!!!!!!!!!!!!

 

qui porte mal son titre français puisque l'original est "Immortal Beloved"[/quote

 

Dans mes bras !

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Comme d'hab c'est qu'une bande-annonce donc on verra le résultat final mais ça me fait un peu peur sur deux choses, le symbolisme un peu lourdingue, et le gros travers de l'imitation comme forme de jeu de comédien.

 

Mais je reste curieux, ne serait-ce que parce que j'adore Gainsbourg et que j'attends d'un gars très talentueux comme Sfar un truc autre que la biopic emphatique de merde (même si la BA rassure pas vraiment pour le coup ).

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

gainsbourg censuré après sa mort

 

Après la pipe de Jacques Tati et la cigarette de Coco Chanel, les volutes de fumée sur l'affiche du film "Gainsbourg, vie héroïque" de Joann Sfar ont été bannies des couloirs du métro par la régie publicitaire de la RATP, au nom du respect de la loi Evin contre le tabac.

 

"Cette affiche tombe sous le coup de la loi Evin qui n'a pas changé, même si l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité a demandé à la ministre de la Santé Roselyne Bachelot d'ouvrir des discussions en vue de l'assouplir", a affirmé à l'AFP une porte-parole de la régie, Metrobus.

 

"Aujourd'hui une association de défense des droits des non-fumeurs peut toujours nous attaquer, car l'avis émis par l'ARPP n'a pas de valeur juridique", a-t-elle plaidé. En mai, l'ARPP avait estimé que des produits liés au tabac (cigarette, pipe, cigare...) pourraient désormais figurer sur des publicités sous des conditions.

 

Ils devaient notamment être "inséparables de l'image et de la personnalité de la personne disparue" et avoir une "finalité culturelle ou artistique".

 

Cet avis faisait suite à la polémique soulevée en avril par la suppression, dans le métro parisien, de la pipe figurant sur l'affiche d'une exposition consacrée à Jacques Tati. Quelques jours plus tard, la RATP avait aussi refusé l'affiche de "Coco avant Chanel" où l'actrice Audrey Tautou fumait en pyjama.

 

Cette fois "en vertu de la loi Evin, la RATP a refusé les affiches du film de Joann Sfar +Gainsbourg, vie héroïque+, au motif de la fumée qui sort de la bouche" d'Eric Elmosnino joue le rôle-titre, s'indigne le distributeur du film en France, Universal Pictures, dans un communiqué.

 

Celui-ci souligne qu'il avait "pris soin de ne faire apparaître aucune cigarette sur l'affiche". "Le service juridique de la RATP a répliqué que l'homme représenté sur l'affiche n'était pas Gainsbourg lui-même, mais l'acteur qui joue son rôle dans le film", poursuit Universal.

 

Link to comment
Share on other sites

Vous êtes des gamins. Voilà ce que nous dit la RATP. Vous avez 8 ans d'âge mental, vous êtes incapables de faire la part des choses, de regarder une image sans être manipulé par elle.

 

On va vous protéger du tabac bande de crétins. Avec ou contre votre gré.

Attendez qu'ils ouvrent des camps pour tous les mecs qui fument encore, ne font pas de sport et n'ont pas une attitude écolo.

 

Pendant ce temps-là on va continuer à promouvoir des produits au moins aussi nocifs que la tabac.

Pure hypocrisie. Des Marchands de camelotes qui me font la morale, y'a rien de pire.

Link to comment
Share on other sites

Polémique, ne nous emballons pas, on en parle qd même pas autant que la main de T.Henry ou l'election d'Obama ds les médias, faut pas pousser, tt le monde s'en cogne un peu !

 

D'ailleurs, Coco Chanel a eu le même soucis, et ça a pas attiré les gens en salles pour autant

Link to comment
Share on other sites

Ce qui est chiant avec les biopic, c'est qu'à moins de faire quelque chose de très original, on a un produit qui d'un côté peut attirer les fans, mais d'un autre côté peut rebuter par l'aspect lisse que finissent plus ou à moins par avoir ces films.

 

Du coup, personne sera jamais pleinement enthousiaste.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Vu !

 

Un film assez bizarre, qui va partager, et en dérouter plus d'un. Et après tout, c'est très bien comme ça ! Pour ma part, si je reste mitigé, je préfère qd même garder le positif en mémoire au lendemain de ma projection, ce qui est plutôt bon signe...

 

Alors, dans les bons points, on a le fait que le film s'éloigne un peu des chemins ultra balisés des biopics habituels (surtout ds sa première moitié). Le générique donne le ton, en annonçant "Un conte de Joann Sfar" et il tente avec plus ou moins de réussite de garder cette ligne directrice tout le long du film. Ensuite, bon, clairement, Eric Elmosnino qui joue Gainsbourg s'en sort très bien. Il y a bien quelques passages un peu bancals sur la fin (ds la partie "Gainsbarre" disons) où il frôle la caricature, mais ds l'ensemble, il est assez bluffant et convaincant ! Les seconds rôles egalement sont plutot bons, bien castés, avec quelques choix étonnants (Katerine, Claude Chabrol) mais sympathiques... Et le film tente globalement de sortir des sentiers battus comme je disais, avec une approche souvent onirique, tentant de se réapproprier l'esprit de Gainsbourg autant que de proposer une "biographie". On a donc des parties dessinées, d'autres avec un double en carton pate, parfois ça passe, parfois ça casse, mais bon, j'ai trouvé l'idée intéressante et plutôt bien foutue dans l'ensemble, même si ça peut déstabiliser... Globalement, je trouve que le film traite plutôt pas mal de sujets centraux, comme le rapport à la création (peinture et musique), aux femmes, à la célébrité, la défonce...

 

Après les bémols... Ben si l'approche sait se montrer originale et audacieuse durant une partie du métrage, le pari n'est pas tenu de bout en bout pour autant. La seconde moitié est clairement moins passionnante, plus "classique", avec plein de figures obligées clairement pas très innovantes. Le film perd vraiment son originalité et on tombe un peu ds le biopic chiant à la Coluche, mis à part qques sursauts... On aurait pu sauter un ou deux épisodes, de toute façon, le film ne prétend pas être exhaustif, mais j'imagine que ça fait partie des concessions pour rassurer les producteurs probablement... Après, au niveau du rythme, pareil, on a un peu une impression bizarre, de film à épisodes, avec des passages obligés un peu ennuyeux...

 

Disons que globalement, je trouve le film moins intéressant dans sa deuxième partie à peu près à tous les niveaux, ce qui tempère un peu la bonne impression du début... Je dirais pas vraiment que Sfar a réussi son pari, mais il a au moins tenté une approche différente, et je préfère déjà ça qu'un biopic par Antoine de Caunes ou un tâcheron quelconque... Le film est bancal, imparfait, parfois ridicule, parfois longuet, parfois "too much", mais bon, il est aussi attachant, sensuel, musical, touchant et inspiré. Le genre où j'ai envie de voir le verre à moitié plein !

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...