Jump to content

Enter the void - Gaspar Noé - 2009


Jeremie

Recommended Posts

 

Une histoire de dealer apparemment. Et ça se déroule à Tokyo.

 

Encore un beau film pour bien gerber partout sur les murs

 

J'ai hâte de voir ça même si j'avais pas franchement été convaincu par un We Fuck Alone irregardable. Wait and see...

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...
  • Replies 57
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Ca a de bonnes chances d'etre à Cannes il parait.

 

Tous les gens qui ont bossé dessus ont signé des trucs comme quoi ils ne peuvent rien dire du projet il me semble.

 

Un des films que j'attends le plus cette année.

Link to comment
Share on other sites

8 minutes du film vont être présentées par Noé lors du Festival de Berlin.

 

 

c'est déjà fait

 

http://twitchfilm.net/site/view/efm-2009-enter-the-void/

 

 

 

It was a big day today for fans of Irreversible director Gaspar Noe. Why? Because after keeping the wraps tightly on his latest project, Enter The Void, for as long as he could Noe arrived at te European Film Market today to personally introduce an eight minute promo reel of footage from the picture. The screening came with a number of caveats - unfinished color correction, unfinished sound design, temporary effects, etc - and while I can certainly understand why Noe would want to declare those thing up front there was really no need. This thing looks absolutely stunning as it is. Considering that very little has been said about the film publicly so far I’ll refrain from commenting on plot points and keep myself to just this. First, Noe will show you Tokyo as you’ve never seen it before. Second, while this is very clearly the work of the same man who made Irreversible and no less difficult and troubling it seems as though much of the anger of that film has been stripped away and replaced with a sort of sad, wistful nostalgia - instead of railing at life gone wrong as he did previously, Noe seems here to be moving to a sort of quiet acceptance and resignation. This is truly potent, stunningly visual stuff from one of the world’s most talented and unique directors. Here’s how he describes it:

 

"The visions described in the script are inspired partly by the accounts of people who have had near-death experiences, who describe a tunnel of light, seeing their lives flashing past them and ‘astral’ visions, and partly by similar hallucinatory experiences obtained by consuming DMT, the molecule which the brain sometimes secretes at the moment of death and which, in small doses, enables us to dream at night.

The film should sometimes scare the audience, make it cry and, as much as possible, hypnotise it."

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • 2 months later...

bon, cest pas nouveau jaime pas le cinoche de Noe.

 

techniquement interessant mais fait pour choquer papa et maman.

 

et vu que apparement, dans le dernier, il a recree une penetration en image de synthese pour voir l'interieur dune foufoune (alors que ca existe depuis une plombe pour 3 euros dans des boulards)...

 

 

mais bon, je demande a voir...comme d'hab...

Link to comment
Share on other sites

Qu'est-ce qu'il va nous faire Gaspar Noé cette fois ? Nous éblouir avec des expérimentations expérimentée y'a 20 ans ? Nous refaire un court-métrage de Raoul Ruiz ? Ou bien un long métrage de Georg Kargl en y rajoutant une petite philosophie de comptoir du genre "L'homme est un loup pour l'homme", "Le temps détruit Tout", ou encore "Si t'as froid mets ta Parka" ?

 

Je passe mon tour cette fois.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Le film, pour le moins divise.

Et ça c'est beau.

La toile s'enflamme.

 

Le film le plus ouvertement idiot de cannes, un vrai film de connard, un vrai film de trou du cul, tout y est d'une bêtise absolue, tout, absolument tout, m'y insupporte, relève de choix imbéciles, esthétiques et scénaristiques.

 

je pensais pas haïr un film davantage que le de van sur la durée du festival.

 

et il faut d'urgence détruire toutes les copies qui circulent encore de 2001 odyssée de l'espace, afin que les futures générations de cinéastes de genre français ne puissent pas le voir.

 

http://forum.plan-sequence.com/soudain-vide-gaspar-noe-2009-t11726.html

Link to comment
Share on other sites

Le film, pour le moins divise.

Et ça c'est beau.

La toile s'enflamme.

 

Le film le plus ouvertement idiot de cannes, un vrai film de connard, un vrai film de trou du cul, tout y est d'une bêtise absolue, tout, absolument tout, m'y insupporte, relève de choix imbéciles, esthétiques et scénaristiques.

 

je pensais pas haïr un film davantage que le de van sur la durée du festival.

 

et il faut d'urgence détruire toutes les copies qui circulent encore de 2001 odyssée de l'espace, afin que les futures générations de cinéastes de genre français ne puissent pas le voir.

 

http://forum.plan-sequence.com/soudain-vide-gaspar-noe-2009-t11726.html

 

 

ha la la la Cannes et son monde impitoyable...pas de massacre à l'extincteur dans celui ci?

 

Vincent Malausa est un peu moins caustique que ses camarades de Chronicart,cela dit:

 

http://www.chronicart.com/cannes09/cannes09_22.php

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...
  • 1 month later...
  • 3 weeks later...

[FebioFest 2010]

 

Le cut qu'on a vu faisait dans les 2h30, avec deux génériques de début . J'ai plutôt accroché, c'est à la fois dans la veine des autres Noé, et en même temps un poil plus extrême. C'est encore une fois hyper sensoriel dans la forme, j'avais un noeud au ventre tout le long, mais dans le fond j'aurais envie de dire que le message est limpide et qu'on a vite fait le tour en 1h. Ceci dit, Noé a mis la salle complète sur le cul en nous donnant son interprétation globale du film, ce vieux farceur Il y a évidemment des longueurs, mais l'explication de Noé a au moins le mérite de les justifier. Perso, c'est tellement splendide dans la forme que je n'ai pas trouvé le temps trop long non plus. Faut peut-être pas partir avec un apriori trop important au regard de ses oeuvres précédentes, éviter de trouver un sens au moindre détail, et apprécier le simple trip hallucinogène comme il est proposé. Mais bon, le film met à mal les nerfs du public, et la salle s'est un peu vidée sur la dernière heure. J'ose espérer que le public de l'Etrange Festival demain sera un peu plus réceptif.

Link to comment
Share on other sites

Beaucoup aimé aussi pour ma part : du drugsploitation bien barré plus dans la forme que dans le fond. Le film s'appuie plus sur l'existence aprés la mort et sur l'amour fraternel. Trés beau film presque émouvant malgré son coté froid, à l'instar des ambiances sombres des boites, de l'atmosphère glauque de l'hotel de passe et du coté industriel de la techno boum boum.

Trop long de 4mns pas plus, les 4 dernières minutes

Link to comment
Share on other sites


×
×
  • Create New...